Actualités

En ce moment chez Accès-Cible SMT

S'affirmer, oui, mais comment ?

S'affirmer, oui, mais comment  ?

Apprendre à s'affirmer est essentiel pour ne pas accumuler des non-dits qui nous grugent de l'intérieur et s'accumulent, formant ainsi une pression interne qui peut ensuite se manifester sous forme de symptômes psychologiques tels que la dépression et l'anxiété. Mais pourquoi avons-nous de la difficulté à exprimer nos besoins, nos pensée et nos opinions ? 

Pourquoi est-ce difficile de s'affimer ? 

Il y a en fait deux principales raisons :

La première vient du fait que l'être humain a deux besoins fondamentaux contradictoires, celui d'approbation et celui d'affirmation. Il est difficile de s'affirmer en sachant qu'on ne sera peut-être pas approuvé.e.[1]

 

Ensuite, s'affirmer, c'est oser demander et refuser, et que cela demande de surmonter nos peurs, telles que la peur de déranger, d'attirer l'attention, de mal s'exprimer, de créer un conflit, de blesser ou d'être rejeté.e.[2]

 

Quels sont les avantages de l'affirmation de soi

  • L'affirmation permet de rester en contact avec soi-même (ses besoins, ses opinions, ses désirs, etc.) et de vivre pleinement son individualité.
  • Le simple fait d'exprimer une idée à voix haute transforme. (Par exemple, un problème peut perdre de son ampleur après en avoir discuté avec quelqu'un ou un projet peut prendre vie parce que les autres vont vouloir s'investir avec nous.)
  • Elle permet d'être plus spontané.e.
  • Elle permet de satisfaire plus facilement ses besoins lorsque l'aide des autres est nécessaire.
  • Elle permet de devenir plus intéressant.e, passionné.e et motivé.e.
  • Elle permet de développer son estime et sa confiance en soi.
  • S'affirmer devient à chaque fois plus facile. 
  • L'affirmation de soi amène un comportement réciproque de la part des autres; ainsi les relations sont enrichies et de nombreux conflits sont évités. 
  • Elle permet de diminuer ses frustrations et ses rancoeurs.[3]
     

Quels sont les désavantages de l'affirmation de soi

  • Il est possible de recevoir la désapprobation ou la critique des autres. 
  • L'affirmation peut mener à des conflits ou des désaccords. 
  • Certaines relations pourraient changer ou ne pas survivre.

 

Les différentes attitudes possibles lors des interactions sociales

On peut définir quatre (4) types de comportements :

  • Le comportement passif : la personne n'ose pas, n'exprimer pas ses besoins et laisse toute la place à l'autre. La motivation principale alors est de ne pas générer de conflits.
  • Le comportement agressif : la personne impose ses besoins et ses désirs à l'autre sans le ou la respecter. La motivation principale est d'obtenir ce que l'on désire.
  • Le comportement manipulateur : la personne, pour obtenir ce qu'elle veut, va utiliser la ruse. La motivation principale est d'obtenir ce que l'on désire, mais sans générer de conflit.
  • Le comportement affirmé : la personne exprime ses besoins et ses désirs en respectant les besoins et les désirs de l'autre. C'est "l'équilibre relationnel". 

Les comportements de passivité et d'agressivité ont tendance à s'exprimer de façon réflexe dans les situations difficiles (nous sommes programmé.e.s à la fuite, l'inhibition et/ou au combat face à un stresseur). Ces attitudes sont génératrices d'émotions négatives, de tensions, d'incompréhension et de perte de temps. 

À l'inverse, l'assertivité permet des actions réfléchies et adaptées aux différentes situations, qu'elles soient personnelles ou profesionnnelles. 

Notons que le niveau d'affirmation de soi peut varier selon les domaines : au niveau social, au niveau professionnel, au niveau amical et au niveau intime. On peut donc être affirmé dans un domaine et moins dans les autres.

 

Les différents modes d'affirmation de soi

Il exsite différentes façons de s'affirmer. Les modes suivants sont les principaux :  

L'affirmation de base

Elle se rapporte à l'expression simple et direct de ses droits, sentiments et opinions sans l'utilisation d'autres habiletés sociales telles que l'empathie, la confrontation, la persuasion, etc. Comme par exemple, si quelqu'un.e est interrompu.e dans une conversation, il ou elle peut simplement dire "Je m'excuse, j'aimerais terminer ce que j'ai à dire.". 

L'affirmation empathique

Elle consiste à recconnaître dans un premier temps les droits, émotions et opinions de l'autre et, dans un deuxième temps, à exprimer les siens. Un exemple de cela serait une personne qui refuse une invitation en disant "Je comprends ta déception mais je ne suis pas disponible ce soir.". 

L'affirmation progressive

Elle est celle par laquelle un individu passe de l'affirmation de base à des formes plus fermes d'affirmation lorsque de façon insistante, on ne tient pas compte de ce qu'il ou elle dit. Voici un exemple d'affirmation progressive : Au cours d'une fête, on offre de l'alcool à plusieurs reprise à un.e invité.e qui n'en prend pas. La première fois, l'invité.e répond "Merci, je ne prends pas d'alcool.". Puis "C'est inutile d'insister, je ne prends jamais d'alcool.". Et, finalement, "C'est la troisième fois que je refuse, je vous demanderais de ne plus m'en proposer.". L'affirmation devient ici plus ferme devant la demande qui se fait plus insistante et ce qui est appropiré la troisième fois ne l'aurait pas été à la première. 

L'affirmation avec confrontation

Elle s'applique lorsqu'un individu ne tient pas ses engagements. Elle se déroule en trois étapes :

  1. Rappeler d'abord l'engagement initial.
  2. Souligner les faits.
  3. Précises ses attentes.

Voici un exemple : "Je t'ai donné l'autorisation d'utiliser mes outils à condition de me le demander auparavant. Maintenant tu les prends sans m'en parler. À l'avenir, je tiens absolument à être averti lorsque tu t'en sers sinon je te ne les prêterai plus.".

L'affirmation du langage formulé à la première personne

L'utilisation du "je" plutôt que du "tu" ou "vous" permet d'exprimer des pensées, émotions ou opinions désagréables (désapprobation, irritation, colère) tout en évitant d'accuser l'autre. Celui-ci peut comporter les quatre étapes suivantes :

  1. "Quand... (l'interlocuteur décrit le comportement de l'autre)
  2. "... les effets sont ..." (l'interlocuteur décrit quel est l'effet concret du comportement de l'autres sur sa vie ou ses émotions)
  3. "... je ressens ..." (l'interlocuteur décrit ses émotions)
  4. "... je préférerais..." (l'interlocuteur décrit ce qu'il désire de l'avenir)

 

L'affirmation de soi est une habileté qui doit être pratiqueée dans plusieurs situations variées. Plus on s'exerce souvent, plus il deviendra facile de le faire. Durant notre programme de réinsertion en emploi, nos participants ont l'opportunité d'identifier leurs modes d'affirmation habituel et d'apporter des nuances selon différents contextes, en plus d'identifier des pistes d'action pour tendre vers et pratiquer l'affirmation de soi. 

 


[1]  Salomé, J. (1 996). T'es toi quand tu parles. Paris: Albin Michel.

[2] Nazare-Aga, I. (2004). Approcher les autres, est-ce si difficile? Montréal: Éditions de l'Homme.

[3] Adams, L. (2005). Communication efficace: pour des relations sans perdants. Montréal: Éditions de l’Homme

 

Retour à la liste des nouvelles